la jeunesse, crime au paradis p 12

Allez, cherchez moi ce gaillard là et qu’on le pende, s’écrie Labavure en direction des uniformes qui s’agitent…
pendant ce temps , l’éternel s’est isolé discrètement pour passer un coup de fil , il revient et tend son portable au flic ébahi
tenez c’est pour vous !
????
ici la maison blanche dit une voix, le président souhaite vous parler …
Ici le président junior Lefilsdel’autre , je vous donne l’ordre de ne pas poursuivre le dénommé Caïn, affaire d’état !
Mais mais mais bêle le policier , monsieur le président, le crime ne peut rester impuni …
taisez vous imbécile, comment voulez vous peupler la terre si vous me supprimez la moitié de la seconde génération !
Contentez vous de le bannir et gare a celui qui fera du zèle et portera la main sur lui
Mais monsieur le président comment faire pour qu’on le reconnaisse et qu’il ne soit pas tué ?
Si je peux me permettre dit alors l’éternel, j’ai une idée amusante, Caïn a une femme orgueilleuse comme un paon, bête comme une oie, une vraie dinde…complétons la basse cour et donnons lui un cygne à porter…ce bel oiseau a un sale caractère ,et il défendra Caïn
ce qui fut fait, Caïn traîna sa vie durant ses remords, sa bécasse de femme et un cygne* sous son bras….
Sans télé, sans tour de France, sans bistrot il s’occupa comme il pu avec sa dinde et eut un tas de petits dind…de descendants dont le brave Noé, (le fada qui chantait le jour ou la pluie viendra)
Bobonne eut un fils qui la consola de la mort d’Abel et comme c’était le numéro trois elle l’appela seth, puis pendant les 800 ans qu’ils vécurent après ce crime , elle conçut et enfanta encore des tas de fils et de filles .

*comment croire à un signe ? On nous aurait dit lequel sinon n’importe qui pourrait zigouiller Caïn

la jeunesse , crime au paradis p 11

Revenons à aujourd’hui , monsieur le commissaire , je venais de boire mon café et j’ai entendu parler …
Abel disait : je suis sur que papy va préférer mon gigot, bien piqué à l’ail , je sais que cela va lui faire plaisir
Caïn a répondu : tout le monde sait que monsieur est le chouchou du créateur…
t’es le sale chouchou a papy,mais ça ne va pas durer , si le vieux est trop sénile pour préférer des moutons qui s’élèvent tout seul à mon pain qui me demande une année de travail JE LE FAIS METTRE SOUS TUTELLE !

Si je comprends bien cela n’allait pas fort entre les deux frères et cela durait depuis des années dit le commissaire en se grattant les pellicules …et ensuite monsieur Eter,nel ?
Et bien je suis sorti pour les calmer et en arrivant Abel était sur le sol…je n’ai rien touché !

Je vois je vois …les frères se battent, Caïn arrache le gigot des mains de son frère et lui casse la tête avec, il jette son arme dans le fossé ou l’agent lontarin vient de le trouver, et, d’un geste rageur , il balance la gerbe de céréales sur le corps de son frère avant de s’enfuir .
Nous avons un meurtrier, Caïn
nous avons une arme , un gigot
nous avons un mobile, la jalousie…
je lance un mandat sur Interpol pour que l’on se saisisse de Caïn et que justice soit faite *
a cet instant Bobonne tombe dans les pommes, un cageot de reinettes du canada ramassées pour la compote, en s’écriant : mes fils !
L’homme premier précise,:elle attend son troisième enfant excusez la.

la jeunesse , crime au paradis p10

La belle porte de la maison du créateur s’ouvre ;
-vous êtes bien le dénommé yod hé vav hé,interroge le divisionnaire.
-appelez moi Eternel , ce sera plus simple
-vous êtes donc le grand père de la victime ?
-si vous voulez, je ne dirais pas exactement cela , c’est une impropriété théologique , il faudrait revoir le sens de ….
-contentez vous de répondre à mes questions monsieur, avez-vous vu vos petits enfants, voyons, Abel et Cain, aujourd’hui
-Je vais parler simplement et dire non,
Quoique ..
-c’est oui ou c’est non ?
-non
Vous ne saviez pas qu’ils étaient là ?
-si bien sûr, je ne les ai pas vu mais entendus ;
-vous avez l’ouie fine !
-je vois tout, j’entends tout, je sais tout, c’est ainsi.
-Résumons,vous voulez me faire croire que depuis la maison, vous avez entendu vos petits enfants ?
-c’est qu’ils se disputaient gravement, je peux vous le dire, même qu’ils font cela depuis l’enfance ; Tenez un jour, Abel m’avait dessiné une patate avec 4 pieds, c’était soi disant un mouton, et Cain m’avait fait des fleurs, guère plus ressemblantes…Ce jour là, ils se sont chicornés, Abel répétait, papy, s’il te plait dessine moi un mouton, s’il te plait, dessine moi un mouton,..Bon je dessine le mouton !
Aussi sec, l’autre, le Cain me saoule, dessine moi des céréales, fais moi des crunch au miel,que vouliez vous que je fasse, je l’ai envoyé promener …
p 10

la jeunesse , crime au paradis ,p9

Une voiture bleue avec un gyrophare est garée à l’entrée du chemin.
Jacques Villeret est là, en pantoufles, dans ses bras, Josiane Balasko pleure toutes les larmes de son corps.
C’est presque cela, sauf que nous avons , au lieu des comédiens que j’ai cité, nos deux héros, Homme premier et son épouse Bobonne !
Autour d’eux, trois gendarmes, l’inspecteur Labavure, un chauve en blouse blanche avec des gants de vinyle, un photographe…
Une bâche recouvre un corps au sol.
IL Y A EU UN CRIME AU PARADIS !au niveau du numéro 4 de la rue de la genèse.
Les gendarmes sont perplexes, la victime est le fils cadet du couple, éleveur de moutons de profession. Il gît sur le sol, le corps couvert d’épis de céréales, et, le crâne défoncé. Un gendarme apporte un beau gigot qu’il vient de trouver dans le fossé, c’est l’arme du crime !
L’inspecteur interroge Homme car son épouse est incapable d’articuler un mot.
-vous dîtes que c’est votre fils Abel , vous le reconnaissez formellement ?
Homme premier hoche la tête, c’est bien Abel qu’il a trouvé là en venant au devant de ses fils pour les ramener en auto.
-que faisait-il dans cet endroit ?
-ben, il venait voir mon père comme chaque semaine avec son frère.
-vous avez d’autres enfants ?
-oui un autre fils qui s’appelle Cain, il est agriculteur, il devrait –être avec lui..
-Et il est ou ce Cain ?
Homme premier ne sait pas, il n’ose pas imaginer ce qui passe par la tête du policier ;
L’inspecteur s’en va sonner à la porte du pépé de la victime…Son nom brille sur la plaque en cuivre
monsieur éternel
docteur es création
diplomé de la faculté de tout faire

la jeunesse la chute p 8

C’est sur le pas de la porte que le drame arrive.
Vous avez un bien bel arbre leur dit le représentant de l’enfer ,car c’est lui , vous ne m’avez pas dit que vous mangiez de ces fruits là !
Ah mais non, mais non répond en chœur le couple de ploucs, cet arbre n’est pas chez nous, là bas c’est chez notre propriétaire, il habite à côté, enfin c’est sûrement sa maison de vacances car on ne le voit pas souvent. Mais il nous l’a mis dans le bail ON NE DOIT PAS Y TOUCHER.
Allons insiste le tentateur, ne me faîtes pas croire que vous n’y avez pas gouté…Je ne vais pas vous apprendre, surtout à vous Monsieur, que cette clause est illégale, cette branche qui dépasse de sa clôture, vous n’avez pas le droit de la couper, MAIS, vous avez le droit de bénéficier des fruits qui en tombent…Secouez vous mes amis, ne soyez pas naïfs Allez secouer cette branche et goûtez moi ça, vous m’en direz des nouvelles.
(à ce moment dramatique, il n’y a toujours pas de péché, pourtant, au niveau tagada tsouin tsouin, il y a belle lurette que c’est fait.)
Est-ce que c’est bon au moins demande Bobonne curieuse…
Bon ! s’exclame le traître, mais c’est merveilleux, allégé, sucré à l’aspartam, plein d’omégas 3, 4 ,5,et d’anti radicaux libres . A ces mots notre couple ne se sent plus de joie, il prend son escabeau, et sa femme tend le bras.
Vous connaissez la suite, nos bredins sont sur l’échelle dégoulinants de jus, et ils remplissent leur panier .Un bruit les surprend , c’est l’auto de leur proprio, qui vient profiter d’un week end prolongé. C’est la peur, le faux mouvement, l’échelle qui tombe, la branche qui casse.
Dieu gagne son procès, le couple perd son emploi et son logement de fonction.
Dieu, non content d’avoir gagné son procès grace à cette branche cassée, engage sur le champ des vigiles chez «  Black angels » La même compagnie d’intérimaires que les magasins Leclaire.

Je vous l’avais dit, le péché originel, cela n’a rien à voir avec le zizi-panpan ni avec les pommes.

P 8

la jeunesse , la chute p 7

Les items défilent, les petites cases se remplissent. Après les questions sur la mode vestimentaire ( où notre Marilyn a coché Chanel n°5 à la question chemise de nuit), arrivent maintenant le chapitre alimentation et le mari qui revient du boulot .L’homme fronce les sourcils, Bobonne n’a pas préparé ses chaussons et il y a un homme chez lui !
Le représentant enquêteur est enchanté de rencontrer Homme premier, il sent tout de suite que c’est un individu intelligent, et, il le dit haut et fort.
Le mari de Bobonne, au lieu de suivre son premier mouvement et de le jeter dehors par la peau des fesses dit à sa femme : » tu nous servirais pas un petit apéro ? »
Et la soirée continue, le couple coche ses petites cases, Bobonne laisse son mari répondre et épluche les légumes de la soupe.
Le pervers enquêteur récapitule les réponses en insistant très cruellement sur la feuille alimentation.
Fournisseur habituel « aux champs », alors vous mangez,…du blé…de l’orge…des rutabagas…des patates…des topinambours…OK
Gnochis ? chouarmas…non
Yaourts, pizzas…non
Escalopes père dodu…non plus
Big Mac, nuggets…non
Chips cacahuètes grillées…non…
Les époux sont consternés, l’enquêteur aussi ! Dans tout le quartier personne n’a d’aussi mauvais résultats.
Gentil tout de même, il leur laisse des bons de réduction pour acheter et goûter toutes les merveilles que nos deux nigauds ne connaissent pas.
P 7

la chute

Le chapitre 3 est le plus connu et le plus mal connu. Il relate ce que les doctes théologiens appellent le péché ou la chute.
Pendant deux millénaires, on va nous faire croire que ce péché des origines est une histoire de « c.. » ou une histoire de pomme.
Heureusement que je suis là !
Alors qu’elle range sa vaisselle après avoir regardé les feux de l’amour en épluchant un cageot de haricots verts pour les conserves, Bobonne entend la sonnette de l’entrée
.A cette heure ci, entre le feuilleton et le retour du mari, c’est le créneau des représentants. Je n’ouvre pas se dit Bobonne qui a déjà 4 aspirateurs.
Mais cela insiste, Bobonne regarde par l’œil de la porte que l’on n’appelle pas encore un judas, et OUAH OUH…
Qu’il est beau celui là, on dirait le Victor du feuilleton ; Comme il n’a pas de valise à la main, notre curieuse entrouvre la porte.
Rassurez vous, petite madame, annonce l’inconnu d’entrée de jeu, C EST POUR UN SONDAGE
En rien de temps, le beau jeune homme est dans la salle à manger, Bobonne pousse les haricots et prépare du café pendant que le beau ténébreux installe sa liasse de papier et un stylo « mont blanc » à plume or ,avec lequel il doit faire bon écrire.